Faut-il séparer l’entrepreneuse de la femme engagée ?

Entrons de suite dans le vif du sujet : j’avais dit que j’écrirais un article chaque mercredi sur ce blog et que je ferais le même jour un Live sur ma page Facebook. Je n’ai pas tenu ce rythme. Pourquoi ?

Parce que j’ai décidé quelques jours après de m’engager dans la bataille des Législatives, en rejoignant l’équipe de campagne du candidat NUPES (Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale) de ma circonscription. Ça me prend beaucoup de temps. L’enjeu : ne pas laisser Emmanuel Macron avoir tout pouvoir pendant 5 ans de plus, avec la casse sociale et le quasi rien environnemental qui vont avec.

Bon, je choisis de vous dire ça, en toute transparence, sur ce blog qui est hébergé sur mon site web professionnel. Bonne idée ou pas ?

Déjà, je savoure le sentiment de liberté que ça me procure de pouvoir simplement être moi, entièrement, honnêtement, sans avoir à cacher une importante facette de qui je suis, de ce que je fais et de ce qui me tient à cœur.

Quand j’étais salariée, c’était plus compliqué. J’avais peur de déplaire, peur des conséquences que mon engagement politique pourrait avoir sur ma relation à mon employeur, ou sur son image vis-à-vis de l’extérieur (notamment quand il s’agissait d’obtenir des subventions dans le cas d’une association).

Devenue entrepreneuse, c’est une autre peur qui a pris la place : celle de faire fuir des client·es potentiel·les, qui ne partageraient pas les mêmes convictions ou n’apprécieraient pas que j’en fasse étalage.

Alors, pendant un temps, j’ai essayé de séparer : j’avais mon blog personnel d’un côté, ce site professionnel de l’autre. Ce n’était pas difficile de relier les deux pour qui se donnait la peine de chercher, mais ça n’était pas en évidence non plus. Quant à moi, je naviguais d’une facette de ma vie à une autre, en essayant de cloisonner un peu les deux mondes.

Jusqu’à ce que je constate une chose : la grande majorité des personnes qui me sollicitent pour un accompagnement individuel, un accompagnement de couple, un atelier ou une formation viennent à moi justement pour mon engagement ! Parce qu’elles apprécient mes valeurs, ma vision des choses, mes prises de position, ma manière de m’exprimer.

C’est d’abord par ce biais là qu’elles me rencontrent : parce qu’elles ont suivi mon projet d’école démocratique il y a quelques années, parce que nous nous sommes vues lors de rencontres nationales du réseau EUDEC, parce qu’elles ont lu mes articles sur l’enfance, ou mes posts sur Facebook, parce qu’elles m’ont vue dans le film « Merci Patron ! » ou carrément parce que nous militons ensemble dans un groupe local !

Au lieu de leur faire peur, ça leur donne confiance. Par exemple, le fait de savoir que je considère que les enfants doivent être traités en égale dignité avec les adultes. Que je ne suis pas dans une logique de revanche mais promeus des valeurs d’entraide et de compassion. Que l’écologie est incontournable pour moi. Etc.

En fait, ça les rassure et ça leur parle, parce qu’elles partagent des convictions similaires.

Et ça tombe bien : je souhaite m’adresser en priorité à des personnes qui se sentent concernées par ces thématiques. Qui sont en quête de sens, qui veulent contribuer à construire un monde juste, joyeux et soutenable. Ce sont elles que j’ai envie de soutenir, pour qu’elles puissent se déployer et apporter tout ce qu’elles ont à offrir.

Ça n’aurait pas de sens pour moi d’accompagner des personnes qui visent le « toujours plus », ne se soucient pas de prendre soin des autres et s’en fichent de la planète. Ou alors, pour les aider à retrouver le sol sous leur pied et le lien direct avec leur cœur…

Finalement, la distinction « travail » d’un côté et « engagement politique » de l’autre n’a pas de sens en ce qui me concerne. Je considère que mon travail est politique. J’ai créé mes activités professionnelles à partir d’un élan fondamentalement politique.

Mes accompagnements individuels visent à apporter des outils pour mieux se connaître et se comprendre, donc s’émanciper et vivre des relations harmonieuses les un·es avec les autres. N’est-ce pas politique ?

Mes accompagnements de couple visent à construire des relations sereines et égalitaires, pour des foyers sans violences, à la fois pour les conjoints et les enfants. N’est-ce pas politique ?

Mes cercles de parole visent à libérer la parole sur des sujets difficiles, pour pouvoir partager nos expériences vécues et nous relier dans notre humanité au-delà de la culpabilité et de la honte. N’est-ce pas politique ?

Pour moi, la réponse est claire. C’est ça qui est à la base de tout ce que je fais. C’est la raison d’être de Relations Vivantes. Et il se pourrait bien que ce soit aussi la mienne.

C’est donc avec une immense joie que je réunis enfin l’entrepreneuse et la femme politique. Deux jambes, habitées, ancrées et affirmées (oui c’est un peu étrange cette image, mais c’est ça que ça me fait !). Embrassant et montrant pleinement qui je suis, je sens une puissance et une joie décuplées. Que c’est bon !!

Je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez, si vous voulez partager dans les commentaires. Et si vous êtes entrepreneuse : est-ce que cela vous parle ? Comment ça se passe pour vous ?

Je ne m’engage pas sur le jour mais je pense pouvoir vous dire : à la semaine prochaine pour un nouvel article !

Photo d’en-tête : © Jour2fête, extrait du film « Merci Patron ! » de et avec François Ruffin. Je suis la petite personne en rouge au milieu de la photo, c’était en 2012 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s